LE STRESS AU TRAVAIL: SAVOIR L’IDENTIFIER ET EN PARLER

Le stress selon son étymologie est issu originalement du vieux français « détresse ». Le stress est le résultat d’une réaction d’adaptation face à un environnement perçu comme menaçant ou difficile. Face à cette situation, le corps subit des modifications physiologiques: accélération du rythme cardiaque, augmentation du débit sanguin etc… Ces diverses modifications physiologiques permettent de donner à l’organisme plus de forces pour traiter la situation de menace. Le stress est donc une réaction réflexe de l’organisme pour se protéger de situations difficiles ou menaçantes.

Cependant, ces modifications physiologiques épuisent le corps, le fragilisent. Diverses manifestations peuvent apparaitre : irritation, agitation, douleurs (dos, ventre, migraine), rhumes à répétition, trouble du sommeil, fatigue, dépression, anxiété, tristesse, sensibilité accrue, difficulté de concentration etc… Et enfin, ces divers symptômes ont des répercussions sur des comportements avec l’augmentation de consommation d’alcool, de drogue, médicaments, tabac. Le stress a donc des répercussions sur la santé.

Les situations de stress sont donc à éviter et le milieu professionnel est souvent source de stress. Selon l’AFP-ISGP, les facteurs de stress sont: la surcharge de travail, des délais de plus en plus courts, des méthodes de management démotivantes. D’après le ministère du travail, 60 % des salariés déclarent ne pas avoir droit à l’erreur, 56 % mènent souvent plusieurs dossiers de front, 25 % sont en permanence débordés, et 30 % vivent des relations tendues avec leur supérieur. A cela, on peut ajouter de mauvaises représentations de la personne sur ce qui est attendu de son travail, avec une exigence extrême de son travail et qui va très largement au-delà des attentes. Le stress peut donc avoir des sources exogènes et/ou endogènes.

DES SOLUTIONS DE LUTTE CONTRE LE STRESS

Pour lutter contre ce stress, il est important de bien savoir identifier les facteurs de stress rencontrés au travail. Ces facteurs de stress identifiés permettront alors de dégager des solutions correctives individuelles. Pour les mesures impliquant une décision hiérarchique, il s’agit alors d’en parler lors des entretiens annuelles. Compte tenu du coût du stress en terme d’organisation et de production, l’entreprise a tout intérêt à rechercher des solutions. Ensuite, face à des problèmes de représentation du travail ou si le stress reste toujours aussi envahissant malgré ces recommandations, il est important de ne pas hésiter à se faire suivre par un thérapeute (psychologue/psychiatre).

Et enfin, il faut savoir se déconnecter sur les moments de repos. Cela passe par du sport,  se relaxer, s’occuper agréablement ou ne pas ouvrir sa boite mail professionnelle.

Qu’est ce que l’anxiété ?

L’anxiété est un trouble de l’humeur qui se caractérise par un ensemble de symptômes qui conduisent la plupart du temps à des sensations de tension, voire de mal être.

L’anxiété correspond à une sensation de menace divers, non précise,  assez vague ou qui se porte sur des situations sans gravités mais qui angoissent terriblement.

De par cette menace diffuse, l’anxiété est ainsi envahissante dans le quotidien de la personne.  Par la peur de ressentir cette anxiété, la personne peut alors éviter de faire des choses, elle peut s’isoler. Cette anxiété vient donc empêcher cette personne de vivre « normalement »:

« Ça se vit, l’anxiété. Ça vous rentre de partout, ça vous pénètre et plus on se démène, plus ça fait mal » (J.F. Somcynsky)

Cette anxiété se manifeste de différentes façon :

  • des manifestations physiques ou physiologiques: réactions de sursaut, sensations d’étouffements, d’oppression (poitrine, estomac), tremblement, sudation excessive, mains moites, bouffées de chaleur, nausées, vomissement, accélération cardiaque et respiratoire, tensions, nervosité etc…
  • des manifestations comportementales: sidération, prostration, isolement social par des conduites d’évitement, des conduites de dépendance, irritabilité, trouble de l’humeur etc…
  • des manifestations cognitives: des pensées de peur d’être face à une menace, anticipation négative d’une situation, soucis excessifs pour la vie au quotidien voire des sensations de mort etc…

Ces diverses manifestations peuvent être ressenties lors d’une crise de panique ou d’une manière généralisée.

La crise de panique est une manifestation ponctuelle de l’anxiété. Elle se manifeste par un envahissement très rapide qui s’accompagne de symptômes neurovégétatifs (sueur, nausées, maux de tête etc…). Ces symptômes disparaissent au bout de quelques heures en laissant cependant la personne dans une crainte d’une nouvelle crise panique.

L’angoisse généralisée quant à elle est un état d’angoisse permanent ou quasi permanent, flottant sans rapport avec une situation vécue ou une inquiétude précise. La personne a un sentiment d’insécurité, de malheur proche. Les symptômes de l’angoisse généralisée sont davantage des troubles de l’humeur, une forte irritabilité, un manque de concentration, des troubles du sommeil que des symptômes neurovégétatifs de la crise panique.

Ces différents symptômes peuvent donc s’avérer être handicapant au quotidien et isoler socialement la personne. Il est nécessaire pour éviter ces états d’anxiété, de chercher à comprendre ce qui les produit. La psychanalyse considère qu’ils sont à l’origine de conflits psychiques entre des interdits et des envies, conflits qui sont devenus inconscients. Ils ne sont donc plus apparents et agissent de façon masqués comme s’il s’agissait d’une mise en alerte. Ces conflits refoulés dans l’inconscient sont en quelque sorte des électrons libres en recherche d’un atome, c’est-à-dire d’une élaboration mentale. Ne la trouvant pas, ils viennent s’accumuler et provoquer des tensions psychiques qui se manifestent au travers de l’ensemble des symptômes décrits.

La thérapie proposée pour lutter contre ses états anxieux, visent à vous aider à  faire des élaborations mentales pour éviter « ces électrons libres en recherche d’un atome ».